+ de livres

L'exil vaut le voyage, de Dany Laferrière

Les mots de Laferrière ne m’embarquent pas. Sa vision n’est pas la mienne, son bavardage lasse mes oreilles, son viril américanisme noir ennuie ma créolité chamarrée… Mais quand le plasticien en lui se réveille, c'est une autre histoire. Beau livre d’artiste. PRV

La fin des hommes de Christina Sweeney Baird, Gallmeister

Ou le retour de la réalisation des femmes par l'enfantement... Le « Fléau », maladie contagieuse fulgurante, ne s'attaque qu'à la gent masculine. Bonne idée, mauvais traitement. Hymne à la supercocantieuse famille anglo-saxonne. Fâcheuse guimauve à l'eau de rose pétrie d'idéologie patriarcale. Chagrinant. PRV